Vous êtes ici : -> Accueil -> Continent -> Continent Africain -> Djibouti

Ismail Omar Guelleh

Ismail Omar Guelleh

  • 2e Président de la République de Djibouti
  • Depuis: 8 mai 1999
  • Election: avril 1999
  • Réélection: 8 avril 2011
  • Premier ministre: Barkat Gourad Hamadou, Dileita Mohamed Dileita
  • Prédécesseur: Hassan Gouled Aptidon
  • Nom de naissance: Ismaïl Omar Guelleh
  • Date de naissance: 27 novembre 1947
  • Lieu de naissance: Dire Dawa (Éthiopie)
  • Nationalité: djiboutien
  • Parti politique: Rassemblement populaire pour le Progrès
  • Conjoint: Kadra Mahamoud Haid
  • Religion: Islam sunnite
  • Drapeau du pays: Drapeau du Djibouti

Président de la République de Djibouti

Ismaïl Omar Guelleh (IOG) (né le 27 novembre 1947 à Diré Dawa, Éthiopie) est un homme politique djiboutien, président de la République depuis 1999.

Enfance et famille

Ismaïl Omar Guelleh batal est le fils d’Omar Guelleh qui avait fait partie dans les années 1930 de la première vague d’instituteurs autochtones avant de travailler pour le compte de la Compagnie du Chemin de fer djibouto-éthiopien. Il est également le petit-fils de Guelleh Ahmed, plus connu sous le nom de Guelleh Batal, une des grandes figures des notables djiboutiens qui cosignèrent le traité additif avec la France. C’est en 1964, à l’âge de 18 ans, que Guelleh occupe son premier emploi au sein de la police appelée [[sûreté générale].

Indépendance

Lors de la période de lutte pour l’indépendance du pays qui se nomme encore Territoire français des Afars et des Issas, IOG fait preuve d'un engagement très actif entraînant en 1974 son éviction de la sûreté générale. Il s'investit d'autant plus dans la Ligue populaire africaine pour l'indépendance (LPAI) présidée par Hassan Gouled Aptidon, tentant de sensibiliser ses compatriotes aux bienfaits de l'indépendance[réf. nécessaire]. La même année, la Corne de l'Afrique est en effervescence. En Éthiopie, le négus a été renversé et la Somalie revendique les territoires habités par les populations de langue somalie. Le pays, où le clivage entre Issas et Afars, les deux principales ethnies composant la population, est attisé par des visées extérieures, est au bord de la guerre civile. Ismaïl Omar Guelleh fait partie de la délégation djiboutienne de la LPAI qui en 1976, devant la montée des périls, cherche à négocier au plus vite avec la France[réf. nécessaire]. Le 27 juin 1977, date de la proclamation de l’indépendance survenue sans heurts, Hassan Gouled, devenu président de la République, lui confie le poste de chef de son cabinet. Ismaïl Omar Guelleh n’a alors que 30 ans. Il doit aussitôt gérer le défi majeur auquel est confronté le nouvel État : maîtriser les risques d'affrontements inter-ethniques entre les Issas et les Afars, deux principaux peuples au sein du pays.

L'homme politique

Ismaïl Omar Guelleh ne tarde pas à coiffer aussi les services de sécurité, s’attirant rapidement une réputation d’« homme fort », tout dévoué à son clan des mamasans (Issas)selon ses adversaires. Djibouti abrite en effet une base militaire française permanente de 2000 hommes dont la mission de protection de la jeune République s’étend aussi à la surveillance de la région au nom du monde occidental.